Quand des étrangers sont prisonniers du passage…

Dans les aéroports existent des « zones d attente », lieux de détention, où les étrangers sont enfermés une vingtaine de jours avant d'être admis en France, de devenir demandeurs d'asile ou d'être refoulés. Un album instructif utile pour découvrir la réalité de certains étrangers arrivant en France.

Prisonniers du passage

Chowra Makaremi, anthropologue, chercheuse au CNRS, a passé plusieurs années à arpenter la Zapi (Zones d’Attente pour Personnes en Instance), un bâtiment dans lequel sont retenus des individus, réfugiés politiques et de guerre, enfants venus rejoindre leurs parents en France, courageux qui cherchent une vie décente.

Elle raconte les histoires de Kadiatou, Younes et Laurent, des demandeurs d'asile. Arrivés à l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle, ils sont maintenus pendant une vingtaine de jours en zone d'attente, le temps de la procédure à l'issue de laquelle ils seront admis ou renvoyés du territoire français.

Le lecteur découvre page après page ces espaces situés dans les aéroports et insoupçonnés pour les vacanciers... Les « zones d’attente » sont des lieux de détention, où les étrangers sont enfermés, qu'ils soient enfants ou adultes. Ces destins sont donc livrés, sans minimiser ce qui a pu arriver à ces étrangers qui ont fui leur pays.

L'autrice livre aussi sa propre histoire, elle qui a quitté l'Iran, en pleine guerre contre l'Irak. En effet, ce récit instructif est complété par un dossier documentaire d’une quinzaine de pages. Un album qui fait découvrir une réalité à laquelle sont confrontés certains étrangers,refusés aux frontières, loin de l'image de la terre d’accueil.

Grâce à cet ouvrage, ces inconnus ont des visages et ce récit est ainsi humain, malgré tout. Kadiatou, Younes et Laurent, prisonniers du passage, ont des destins bien différents, mais se retrouvent dans cet espace sans âme, confrontés à des policiers pas toujours compréhensifs. Mais ils peuvent compter sur les visites des associations...

Prisonniers du passage, de Chowra Makaremi, Matthieu Parciboula, éd. Steinkis, 160 p., 18 euros. Dès 13 ans

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *