Quand grandir signifie partir

Laurent lapin s'ennuie seul chez lui. Il demande à sa mère s'il peut jouer dehors. Chaque jour, il va de plus en plus loin jusqu'au jour où il part à l'aventure.

Laurent tout seul

C'était l'été, et il n'y avait plus école. Laurent jouait seul dans la cuisine. "Mais il s'ennuyait, parce que tout ça, c'était des jeux de bébé." Il demanda la permission d'aller jouer dehors. "Après tout, tu es grand, maintenant, dit sa maman. Joue dehors, mais ne dépasse pas la barrière", lui répondit sa maman.

Laurent alla jusqu'à la barrière, cueillit une herbe et trouva un escargot séché. Et puis, il alla un tout petit peu plus loin. Alors sa mère lui demanda de ne pas dépasser le châtaigner. Et le lendemain, il dépassa le châtaignier. Quand on commence à grandir, c'est pour de bon.

Laurent tout seul-illustration

Il alla même jusqu'à la rivière : il était grand maintenant. Il ne voyait plus la maison : il partit en voyage. Il se sentit si fier, enfin jusqu'à ce que la nuit tombe... Il pensait à sa mère inquiète : "Peut-être que je ne suis pas si grand que ça..." Mais le lendemain il se dit qu'il allait poursuivre son chemin car on ne peut pas changer d'avis quand est grand.

La solitude est le seul inconvénient quand on voyage ainsi. Mais Laurent ne manque pas d'idées... Un magnifique album sur l'indépendance, la confiance, la solitude et l'amour. Adorable histoire signée Anaïs Vaugelade : le lecteur va suivre ce lapin dans son aventure où il repousse les limites toujours un peu plus loin.

Laurent tout seul, d'Anaïs Vaugelade, éd. L'école des loisirs, 48 p., 13 euros. Dès 4-5 ans

Une réflexion au sujet de « Quand grandir signifie partir »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *