Quand l’amour est aussi une histoire de poireaux

Une histoire d'une tendresse incroyable qui plonge le lecteur dans l'univers du marché et de ses vendeurs ambulants. Une BD à croquer comme un poireau...

Ce matin encore, Vincent, 11 ans, se lève aux aurores. Il aide son père à charger les sacs de pommes de terre dans le camion, puis peut enfin prendre un petit déjeuner copieux avec ses parents. Ensuite, c'est parti, direction le marché pour le garçon qui adore accompagner ses parents. C'est difficile évidemment, mais cela vaut le coup.

En effet, sur place il retrouve toute sa bande de copains qui, chacun, aide à vendre fruits, légumes, poisson et autres produits frais. Les parents de Vincent vendent surtout des poireaux. Et puis, Vincent, s'il aime venir sur le marché c'est surtout pour voir Marie, la fille du fleuriste, dont il est secrètement amoureux.

L’histoire de Vincent racontée dans cette BD est donc celle de cet amour, mais aussi de balades à vélo, mais sans vélo ça marche beaucoup moins bien... Mais, ce serait aussi oublier le bel Andréa, son rival italien. Au fil des pages, le lecteur fait des rencontres avec des personnages atypiques.

Madame Yola et sa cantine ambulante, les frères belges, les clients qui déambulent dans les allées du marché… Dans cette ambiance simple et chaleureuse des étals, toutes ces histoires de poireaux, de vélos, d’amour et d’autres phénomènes se mélangent pour créer un tableau tendre et nostalgique de l’enfance, notamment celle de l'auteur. A dévorer !

Histoires de poireaux, de vélos, d'amour..., de Marzena Sowa, illustré par Aude Soleilhac, éd. Bamboo, 80 p., 15,90 euros. Dès 6 ans

Une réflexion au sujet de « Quand l’amour est aussi une histoire de poireaux »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *