Quand l’enfant découvre les papas animaux et leurs cris

Voici deux ouvrages colorés de la collection "Petit Nathan" pour les enfants dès 6 mois.

Les éditions Nathan présentent l'ouvrage Regarde c'est papa ainsi : "Le bébé et son papa ont une relation unique qui se construit au fil de la vie, avec force et tendresse. Avec lui, le tout-petit expérimente une autre voix, un autre rythme, d'autre jeux parfois plus toniques." Ce livre se partage donc entre eux deux.

Dès la couverture, surprise ! La crinière du lion est douce et les petits poils sur la tête du lionceau sont eux rugueux. Et tout le livre est ainsi fait, avec des matières à toucher. "Regarde autour de toi : il y a plein de papas !" L'enfant découvre les impressionnants comme l'éléphant, les bricoleurs tel le castor, le guépard, toujours en retard...

A chaque page, un animal et son petit sont représentés dans un décor aux couleurs éclatantes : jaune, orange, noir, argenté et blanc. Et au final, le tout petit réalise que s'il y a beaucoup de papas différents, il n'y en a qu'un comme le sien ! Adorable ! Un nouvel album conçu avec Christel Denolle, psychologue et psychanalyste.

Regarde c'est papa !, avec Christel Denolle, éd. Nathan, Collection "Petit Nathan", 12 p., 13,90 euros. Dès 6 mois

Ce livre à trous permet à l'enfant de découvrir les divers cris des animaux. "La souris couine. Qu'est-ce qu'elle dit ? Réponse à droite avec l'illustration de l'animal  : "Hi hi hi !" Quant à l'oiseau, il chante à tue-tête pendant que la cigale craquette. Un album très coloré et facile à manipuler par les petits.

Si les enfants vont apprendre beaucoup de nouveaux mots, ce livre permet aussi aux parents de faire une révision des connaissances. "Le canard cancane et l'abeille bourdonne." Les rimes foisonnent et les couleurs éclatent : les animaux se suivent page après page pour le plus grand bonheur des lecteurs !

Quel est ce cri ?, éd. Nathan, Collection "Percimages", 24 p., 11,90 euros. Dès 18 mois

Une réflexion au sujet de « Quand l’enfant découvre les papas animaux et leurs cris »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *