Quand les enfants s’identifient, ils apprennent sans souci

Voici deux nouveaux ouvrages pour les petits aux éditions Fleurus. L'un explique le métier de policier en suivant l'enquête de Raphaël et sa coéquipière. L'autre raconte la vie de Mattéo, un facteur amoureux de vélo !

"Un cambriolage vient d'avoir lieu chez Charles, le bijoutier. Les policiers sont arrivés très vite, ainsi que les journalistes et la télé. Qui a fait ça ?" Heureusement Raphaël et sa coéquipière Juliette ont eux aussi été envoyés sur place pour mener l'enquête. Ils entrent dans la boutique pour récolter des indices.

Juliette prend des notes sur le signalement des voleurs grâce aux vidéos de surveillance du magasin. Raphaël montre des photos de suspects qui ont déjà commis les mêmes méfaits. Les empreintes sont relevées sur les vitrines. Raphaël pense que les cambrioleurs se cachent dans une maison abandonnée.

Toute la nuit, le duo patiente dans une voiture. Au petit matin, leur patience est récompensée : les malfaiteurs arrivent. Après avoir appelé du renfort, les policiers peuvent les arrêter, les menotter et les conduire au commissariat pour les interroger. A la fin, des questions sur l'histoire permettent de vérifier que l'enfant a bien compris.

Dans la collection "P'tit Garçon", le lecteur découvre un nouveau personnage, Mattéo. Il adore faire du vélo, c'est une chance puisqu'il est facteur. Son métier est expliqué : tri des lettres et distribution tous les matins. Le lecteur le suit alors dans sa tournée. Pour les recommandés, il faut une signature. Et quand il a fini, il monte sur son vélo !

La couverture en mousse et les pages cartonnées sont parfaites pour les petites mains. Les dessins caractéristiques de cette série, tout ronds et colorés, apportent de la tendresse à ces ouvrages. Des histoires qui permettent aux enfants de parfaire le vocabulaire et de laisser libre cours à leur imagination.

Le Policier, d'Emilie Beaumont, illustré par Alexis Nesme, éd. Fleurus, Collection "P'tit héros", 16 p., 6,60 euros. Dès 3 ans

Une réflexion au sujet de « Quand les enfants s’identifient, ils apprennent sans souci »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *