Quand pleurer est interdit pour ceux à qui la vie n’a pas souri

Sherman Alexie, une des grandes voix de la littérature amérindienne contemporaine, livre un peu de son histoire dans ce roman drôle et touchant. Il raconte comment Junior, un jeune Indien, va quitter la Réserve et tenter de démontrer qu'il est le meilleur... dans tous les domaines !

Le premier qui pleure a perdu

Dans ce roman poignant, le lecteur va découvrir les péripéties poignantes et drôles de Junior, un jeune Indien Spokane, né dans une Réserve. Rien ne lui sera épargné : il a été le bébé qui a survécu par miracle, l’enfant dont on se moque (il s'est même surnommé Vengeance) et est désormais l’adolescent qui subit en soupirant..

Jusqu'au jour où cet éternel optimiste réalise qu’un déplorable avenir l’attend s’il ne quitte pas la Réserve. Admis à Reardan, une école prestigieuse surtout fréquentée par les Blancs, Junior se sent devenir un Indien à temps partiel... Un récit désopilant mené tambour battant, où le héros ne cesse de se battre.

Sherman Alexie, une des grandes voix de la littérature amérindienne contemporaine, raconte à merveille, tous les combats, petits et grands, contre soi-même et les autres. Les batailles qui se gagnent de haute lutte, à condition de porter bien haut les armes de l’intelligence, de la lucidité et de l’humour.

"La pauvreté ne rend pas plus fort, elle ne donne pas de leçons de persévérance. Non, tout ce que nous apprend la pauvreté, c'est à être pauvres", dit Junior. Voici donc une nouvelle édition du roman Le premier qui pleure a perdu, couronné en 2007 par le National Book Award. A découvrir !

Le Premier qui pleure a perdu, de Sherman Alexie, éd. Albin Michel, 288 p., 14,50 euros. Dès 13 ans

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *