Quand se débarrasser des cauchemars est un jeu

Les cauchemars, éternelle hantise des enfants lorsqu'ils vont se coucher. Comment s'amuser avec des monstres qui font peur ? Et surtout comment leur dire adieu ?

Après avoir déjà ratatiné les dinosaures, les dragons, les sorcières et autres araignées, voilà un nouvel album qui promet de venir à bout de tous les méchants cauchemars. Une aubaine pour tous les enfants qui ont, un jour ou l'autre, enfin surtout la nuit, fait un mauvais rêve. Voici quelques conseils et astuces pour dormir tranquilles.

Le livre s'adresse directement à l'enfant et lui explique que les cauchemars font tout pour l'embêter et l'emmener dans leur monde affreux. Impossible de résister : ils empêchent d'avancer, font tomber dans le vide, cassent... Ils peuvent également mettre les enfants dans des situations gênantes (se retrouver tout nu devant la classe...).

Vient le temps des conseils pour y mettre un terme. Pourquoi ne pas dessiner le cauchemar, chiffonner le papier et le jeter à la poubelle ? A coup sûr, il sera vexé. Il est aussi possible de les éviter en buvant une tisane et en installant un écriteau : "Marre des cauchemars !" Il peut être transformé en une histoire à raconter aux copains.

A chaque page, une situation dans laquelle l'enfant a pu se retrouver dans un cauchemar. Certes, les dessins vont peut-être en effrayer, mais ils montrent la réalité : la peur ressentie. Puis, les méchants monstres perdent le sourire lorsque l'on trouve des solutions pour s'en débarrasser.

Des situations rigolotes qui donneront du courage. Le texte est court et les illustrations colorées. Le jeune lecteur sera prêt à affronter la nuit avec toutes ces idées pour faire de beaux rêves. A la fin de l'album, l'enfant comprendra aussi qu'un cauchemar peut être le signe de quelque chose qui l'embête au quotidien et lui permettra de se confier.

Comment ratatiner les cauchemars ?, de Catherine Leblanc, illustré par Roland Garrigue, éd. P'tit Glénat, 32 p., 11 euros. Dès 4 ans

Une réflexion au sujet de « Quand se débarrasser des cauchemars est un jeu »

  1. Ping : Quand un fantôme farceur fait peur, on rit de bon cœur | Les enfants à la page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *