Quand une princesse n’a pas froid aux yeux

Voici la suite des aventures d'une petite princesse courageuse, amoureuse du bouffon de son père. Une histoire drôle qui ne manque pas d'action.

Pas de panique pour les enfants qui ne connaissent pas encore Clémentine, la princesse, et Cabriole, le bouffon. Le début du livre situe l'action et explique comment ils se sont enfuis du château et errent. Un jour de grandes pluies, ils frappent à la porte d'une cabane peu engageante. Un jeune homme leur ouvre.

Quand ils comprennent, il est trop tard. Une énorme silhouette apparaît : "Bienvenue chez Carolus le cannibale c'est l'heure du dîner !" Mais, ce ne sont pas eux qui seront au menu, ouf ! Rose-Lierre, la fille de l'ogre, rentre de la chasse et découvre les deux prisonniers et s'extasie avec son père sur leurs cheveux roux.

Elle demande : "Tu crois qu'il s'agit d'eux papa?" Le cannibale en est sûr. L'explication ne tarde pas. Le brigand leur raconte qu'il a besoin d'eux pour retrouver au fond du puits son ancienne ennemie : Théodora Tranche-Têtes ! Car la prophétie parle d'"enfants du feu" seuls capables de la voir.

A peine descendus, Clémentine, Cabriole et Justin, le serviteur de l'ogre, sont fait prisonniers par Théodora. Le garçon dévoile alors un terrible secret : Rose-Lierre est la fille de l'ogresse. Et le pauvre se transforme en statue de pierre. Comment Clémentine et Cabriole vont-ils réussir à s'en sortir ?

L'humour est présent partout. Dans le texte d'abord avec certaines répliques de Clémentine ou de son bouffon tout en rimes. Certains mots sont écrits en majuscule et en gras pour bien montrer leur importance. Ceci ajoute aussi au côté humoristique du roman tout comme les petits dessins qui jalonnent les pages.

Une héroïne à laquelle les enfants, fille ou garçon, vont s'identifier. Une histoire d'enfants qui vivent sans leurs parents et doivent, malgré le manque, continuer d'avancer. L'amour est évoqué de belle manière : "On aime quelqu'un malgré ses défauts." Vrai plus de ce livre : son petit prix ! Une aventure à dévorer...

La princesse qui défiait les brigands, de Paul Thiès, éd. Père Castor, 96 p., 5,60 euros. Dès 8 ans

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *