Quand une histoire de fées est loin du conte

The earl and the fairy est une histoire de fées, dans l'Angleterre du XIXe siècle. Lydia, l'héroïne, est docteur en féérie (elle peut voir ces êtres magiques), mais ici, nous sommes loin d'un conte de fées... Vol, meurtres et autre kidnapping sont au programme!

The-earl-and-the-fairy-T.I-1.JPG

Tout commence assez violemment avec le meurtre d'un certain professeur Gossam par un inconnu à la recherche d'une épée. Puis, changement radical d'ambiance, direction l'Ecosse pour découvrir Lydia. Cette jeune fille, docteur en féerie, voit les fées et communique avec elles, en particulier Nico qui a l'apparence d'un chat. Tout le monde la considère comme folle...

Un jour, elle reçoit un courrier de son père, professeur d'université, qui l'invite à Londres. Et c'est le début d'une aventure incroyable. Lydia rencontre deux jeunes gens : Huxley qui la kidnappe, puis Edgar qui la libère, mais en échange de son aide. En effet, ce dernier descendrait du Chevalier bleu et a besoin d'un docteur en féérie pour retrouver cette fameuse épée. Qui sont vraiment ces jeunes gens? Pourquoi se battent-ils pour retrouver cette épée? La jeune femme se laisse-t-elle influencer?

L'intrigue est mise en place et, malgré quelques réponses apportées au fil des pages, de nombreuses questions restent en suspens. Entre sentiments naissants, doutes et envie de trouver cette épée, la jeune fille est troublée. Le lecteur, lui, est tout aussi chamboulé et n'aura qu'une envie à la fin de ce premier tome, découvrir la suite. Voici donc le début d'une série en quatre volumes qui vont sans aucun doute se parcourir sur un rythme effréné.

Un manga en noir et blanc, mais qui ne manque pas de couleurs : on apprend ainsi que Lydia a les cheveux couleur rouille et que Edgar est blond... Des dessins au trait fin rendent ce livre d'autant plus précieux. À acquérir d'urgence!

The earl and the fairy, de Mizue Tani, dessiné par Ayuko, éd. Glénat, 184 p., 7,60 euros Dès 12 ans

2 réflexions au sujet de « Quand une histoire de fées est loin du conte »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *