Quand le harcèlement et le sexisme sont représentés en BD

Voici un album qui évoque le thème du harcèlement et autres agressions dont sont victimes les femmes au quotidien. Une lecture utile pour comprendre et agir femmes et hommes ensemble.

Les Crocodiles sont toujours là

Dans cet album qui traite du sexisme ordinaire dont sont victimes les femmes, les hommes sont représentés par des crocodiles verts pour montrer leur côté prédateur. L'auteur explique que c'est grâce à cette représentation masculine qu'il a pu attirer l'attention de tous. Drague et harcèlement sont à distinguer, grâce au consentement.

Cette BD a vu le jour suite au Projet Crocodiles qui naît sur Internet en même temps que le site Paye Ta Shnek et bien avant le mouvement #metoo. Des témoignages de femmes victimes de harcèlement de rue et de sexisme y sont transposés en bande dessinée, où les hommes sont représentés sous forme de crocodiles.

Juliette Boutant rejoint Thomas Mathieu : ils rendent compte d’actes sexistes qui se déroulent aussi ailleurs que dans la rue. Ensemble, ils abordent ainsi les violences gynécologiques et obstétricales, le sexisme dans les rapports avec la police, en milieu professionnel, dans la sexualité, la vie publique ou encore l’éducation.

On retrouve des situations dans le métro où une femme se fait pincer les fesses, mais aussi celle d'une femme qui se fait suivre et alpaguer dans la rue par des sifflements puis un "mignonne" avant d'oser répondre. Le crocodile l'insulte puis tente de l'agresser et lui fait peur avec des menaces de représailles une fois qu'elle est arrivée chez elle.

De page en page, la peur, le doute et les séquelles, que ce genre d'agressions engendrent, sont évoqués. Le viol est également abordé. Plainte ou non, que faire ? Et comment réagir face aux réflexions et encaisser les phrases de ceux qui jugent ? Une BD coup de poing utile, maintenant que la parole se libère, petit à petit.

Les Crocodiles sont toujours là, de Thomas Mathieu, illustré par Juliette Boutant, éd. Casterman, 186 p., 19,50 euros. Dès 14 ans

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *