Quand le virtuel dépasse le réel

Voici un coup de cœur de ce début d'année. Erebos est un jeu vidéo révolutionnaire qui rend accro. Les lycéens, bientôt, ne savent plus distinguer la vie réelle de la vie virtuelle. Un livre qui se dévore...

Impossible de parler de "Sous haute dépendance" sans utiliser de superlatifs... Pas étonnant que ce roman soit devenu un best-seller, vendu à plus de 250.000 exemplaires en Allemagne. Ce livre est tout de même à recommander avec la plus grande prudence : il rend accro !

L'histoire est celle de Nick, un jeune homme qui voit Colin, son ami, changer de comportement du jour au lendemain. Intrigué, Nick s'aperçoit vite que de nombreux lycéens eux aussi deviennent étranges et manquent des heures de cours. Et il surprend certains s'échangeant un CD en toute discrétion.

Nick apprend vite qu'il s'agit d'un jeu de rôle nommé Erebos. Enfin, un jour, c'est son tour. Et Brynne le prévient : "Tu vas voir, c'est carrément génial". Petit à petit, le jeune homme se transforme lui aussi, dort de moins en moins pour jouer de plus en plus. Il passe beaucoup de temps dans sa chambre et ne sort que pour aller au lycée.

Nick devient Sarius, un elfe noir et, s'il sait que certains de ses camarades jouent aussi, il ne connaît pas leur avatar. Erebos doit rester secret, c'est une des règles. Le jeu est interactif. Ainsi, les joueurs doivent accomplir des missions dans la vie réelle. Lorsqu'ils les remplissent, ils obtiennent des récompenses virtuelles de la part d'un messager.

Mais, plus le jeu avance et plus les missions sont risquées et impliquent de faire du mal à de vraies personnes. Et c'est là, seulement, que Nick devient sceptique et qu'il décide de désobéir en ne réalisant pas la mission qui lui est attribuée. Le messager l'apprend et c'est la fin pour Sarius... Nick est anéanti.

Dans quel but, le virtuel utilise-t-il la réalité ? Qui est cet étrange messager ? Beaucoup de questions qui vont donner au lecteur l'envie de tourner les pages de plus en plus vite pour obtenir des réponses. L'intrigue est géniale et la fin inattendue. Les adolescents vont adorer cet ouvrage qui, sans leur donner de leçon, évoque les risques des jeux de rôles.

Sous haute dépendance, de Ursula Poznanski, éd. Bayard jeunesse, 456 p., 16,90 euros. Dès 14 ans

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *