Quand les romans pour ados évoquent l’amour et la guerre

Voici deux romans de la collection Pôle Fiction des éditions Gallimard jeunesse destinés aux lecteurs dès 13 ans.

Chaque matin, A se réveille dans un corps différent, dans une nouvelle vie, et ne dispose d'aucun moyen de savoir qui sera son hôte. Une seule chose est sûre : il n'empruntera cette identité que le temps d'une journée. Aussi incroyable que cela puisse paraître, A a accepté cet état de fait, et a même établi plusieurs règles qui régissent son existence.

Ainsi, il ne doit pas s'attacher, ni se faire remarquer et ne jamais s'immiscer dans la vie de l'autre. Jusqu'à ce qu'il se réveille dans le corps de Justin, 16 ans, et qu'il fasse la connaissance de Rhiannon, sa petite amie. Dès lors, il n'est plus question de subir : il tente par tous les moyens de la revoir, quitte à bouleverser la vie de ses hôtes.

Car A a enfin croisé quelqu'un avec qui il veut être jour après jour... Une intrigue captivante, mêlant science-fiction et émotions, qui tient en haleine jusqu'à la dernière page. Les adolescents retrouveront leur monde et tous les thèmes qui les touchent : identité, amour, homosexualité, religion...

Ce roman de l'Américain David Levithan, a été encensé outre-Atlantique par le célèbre New York Times qui salue le talent de l'auteur "pour l'empathie, associée dans les meilleurs passages du livre à un optimisme convaincant sur les chances du bonheur et de l'amour véritable." A ce prix-là, il ne faut pas hésiter, mais foncer !

A comme aujourd'hui, de, David Levithan, éd. Gallimard jeunesse, Collection Pôle fiction 448 p., 7,75 euros. Dès 13 ans

Ce roman bouleversant est un témoignage touchant et inoubliable du génocide stalinien des Etats baltes durant la seconde guerre mondiale, via l'histoire de Lina, une jeune Lituanienne comme tant d'autres. A la différence qu'elle est très douée pour le dessin, et va intégrer une école d'art.

Mais, une nuit de juin 1941, des gardes soviétiques l'arrachent à son foyer. Elle est alors déportée en Sibérie avec sa mère et son petit frère Jonas. Au terme d'un terrible voyage au coeur d'un hiver glacial, il faut encore lutter pour survivre... Des conditions les plus cruelles les attendent.

Mais, Lina, courageuse, résiste et tient bon, portée par l'amour des siens et son audace d'adolescente. Dans le camp, Andrius, 17 ans, affiche la même combativité qu'elle. L'auteur, pour enrichir son récit, s'est rendue en Lituanie pour recueillir des témoignages de survivants : son ouvrage est ainsi émaillé d'anecdotes et scènes réelles.

Le récit de Lina est à couper le souffle. Le lecteur n'aura qu'une envie : faire partager cette histoire aussi terrible qu'exemplaire, qui irradie d'amour et d'espérance. Déjà un classique dans de nombreux pays, il a été élu meilleur roman jeunesse 2011 par le magazine "LIRE" et a reçu d'autres prix.

Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre, de Ruta Sepetys, éd. Gallimard jeunesse, 432 p., 7,75 euros. Dès 14 ans

Une réflexion au sujet de « Quand les romans pour ados évoquent l’amour et la guerre »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *