Quand on retourne sur les bancs de l’école il y a belle lurette

Un album qui offre un voyage dans le temps et ramène à l'époque des blouses obligatoires et des porte-plumes !

y-a-belle-lurette-a-lecole-lesenfantsalapage

"A l'école, les filles et les garçons étaient séparés." Un mur séparait les deux établissements. Il y a longtemps, mais on ne sait plus très bien quand... Ils n'étudiaient pas dans les mêmes écoles. Au pied, les enfants portaient des galoches ou des sabots de bois. On levait le doigt pour parler et on écrivait sur de vraies ardoises.

"Chaque élève portait une blouse obligatoire." Elle était brodée à son nom et, à cette époque, personne ne s'intéressait aux marques de vêtements. "Seuls le cartable, la trousse, les chaussures et le manteau faisaient la différence." Et pas question d'oublier sa blouse, sous peine de punition (des lignes).

C'était le temps des livres prêtés gratuitement par l'école et recouverts de papier marron. Parfois, il fallait parcourir plusieurs kilomètres pour se rendre à l'école et apporter son déjeuner dans une gamelle en métal que l'on mettait à réchauffer sur le poêle présent en classe. Dans les villages, il y avait souvent des classes uniques avec petits et grands.

"Les garçons enlevaient leur casquette et tout le monde restait debout jusqu'à ce que le maître fasse signe de s'asseoir." Les châtiments corporels étaient autorisés : baguette sur les doigts, cheveux tirés, mises au coin... Il y avait un bonnet d'âne dans chaque classe." C'est le jeudi qu'il n'y avait pas école. Les enfants s'occupaient à leur guise.

La fin de l'année était marquée par la distribution de prix : des livres étaient offerts aux meilleurs élèves en récompense de leurs bons résultats. Un album qui permet de comparer avec les habitudes actuelles. Très joyeusement illustré, cet ouvrage, un brin nostalgique, offre de retourner ensemble sur les bancs de l'école, il y a belle lurette !

Y a belle lurette à l'école, d'Elisabeth Brami, illustré par Chloé Perarnau, éd. Le Seuil jeunesse, 56 p., 12,90 euros. Dès 6 ans

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *