Quand on veut se faire pardonner…

Voici un album magnifique qui évoque l'amitié et le pardon. Edgar le moineau est tout le temps en retard au travail. Mais, un jour, c'en est trop, il arrive à midi ! Pour se faire pardonner, il trouve une idée...

"Dans la ville d’Edgar le moineau, les immeubles montent jusqu’aux nuages ! On appelle ça des gratte-ciels, parce que des immeubles aussi hauts, ça gratte le ciel. Est-ce que le ciel est chatouilleux ?" Les premières lignes de cet album donnent le ton à une histoire tendre.

Edgar adore sa vie, son quartier, ses voisins. Les gens se bousculent, les voitures klaxonnent, il y a du chahut, on ne s’ennuie jamais ! Et au milieu de tout ce vacarme, un parc, espace de verdure, de respiration. Mais ce qu’Edgar préfère par-dessus tout, c’est son immeuble de plusieurs étages.

Il vit au 72e étage, alors heureusement pour lui qu'il y a un ascenseur. Enfin, le seul hic c'est quand Lula, sa copine qui s’occupe de l’appareil, se trompe de numéro. Edgar se retrouve ainsi embarqué dans des histoires qui le mettent en retard au travail ! Un jour, son patron finit par en avoir assez…

Pour se faire pardonner, Edgar cherche une idée qui mettra tout le monde d'accord. Et s'ils faisaient un pique-nique tous ensemble ? Au menu : de délicieux gâteaux ! Une belle histoire mise en valeur par les illustrations colorées de Colonel Moutarde. Avec elle,  les animaux prennent vie et le lecteur pensera vivre dans la ville d'Edgar...

Tous les bruits sont retranscrits. Du "Vroum" du bus au "Tut Tut" du taxi en passant par le "Pling Pling" de la guitare, on entend le moindre son de ce récit. Une jolie fable dans laquelle l'entraide est mise en valeur. Les enfants adoreront cet album où de nombreux animaux se croisent et vivent une aventure rigolote ! A lire et relire...

Les gâteaux porte-bonheur, de Nathalie Dargent, illustré par Colonel Moutarde, éd. P'tit Glénat, 32 p., 11 euros. Dès 4 ans

Une réflexion au sujet de « Quand on veut se faire pardonner… »

  1. Ping : Quand on ne peut compter que sur soi-même | Les enfants à la page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *