Quand un cinéaste de haut vol était aussi un aviateur de talent

Créateur de King Kong dans les années 1930, Meriam C. Cooper a toujours conjugué avec succès ses deux grandes passions : le cinéma et l'aviation. Cet album raconte sa riche histoire.

Cooper, un guerrier à Hollywood

Bien avant de signer King Kong et de marquer Hollywood, Meriam C. Cooper naît dans le sud des Etats-Unis. Très vite, il a une véritable passion pour l'aviation, mais ne parvient pas à obtenir son diplôme à Annapolis, l'académie navale des Etats-Unis. Tant pis, il fera autrement.

Lors de la Première Guerre mondiale, il est même pilote de chasse. Il frôle la mort, tout comme son coéquipier : il gardera simplement des séquelles sur ses mains brûlées, notamment une insensibilité. Puis, il connut aussi les interrogatoires par l'armée russe. Il devient pigiste pour le New York Times. Il fait le tour du monde en bateau...

En résumé, Cooper a eu plusieurs vies avant de devenir producteur à succès pour Hollywood. Au final, son destin symbolise les États-Unis du xxe siècle, y compris dans sa part la plus sombre... En effet, si l'on découvre son engagement guerrier, on apprend aussi qu'il possédait un penchant esclavagiste.

Cooper, un guerrier à Hollywood, de Florent Silloray, éd. Casterman, 88 p., 18 euros. Dès 12 ans

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *