Quand un enfant comprend qu’il a des droits… et aussi des devoirs

Un album plein d'humour pour rappeler à chacun ses droits mais aussi ses devoirs et apprendre ainsi à devenir citoyen.

Moi, j'ai le droit, mais je dois Lesenfantsalapage

"Moi j'ai le droit de poser toutes les questions, (...) aux adultes. Mais je dois trouver le bon moment pour le faire et accepter que les adultes ne soient pas toujours capables d'y répondre. Scoop : Les parents ont l'air d'être sourds quand on parle fabrication des bébés, divorce, mort, mais ils ont toujours l'oreille fine pour les gros mots !"

Grâce à cet exemple on comprend le principe du livre : à gauche ce que l'enfant pense être en droit de faire et ce qu'il doit faire, en face. L'humour du texte est accentué par les illustrations tout aussi drôles ! Cet ouvrage est donc un manuel de savoir-vivre qui parle aux enfants de leurs droits sans faire l'impasse sur leurs devoirs.

De nombreux thèmes sont abordés : gratitude, violence, respect, caprice, politesse, pudeur (entrer dans la chambre des parents après avoir frappé et attendu), dialogue... Elisabteh Brami évoque tous ces sujets dans cette liste de règles à respecter pour devenir un enfant bien élevé, mais aussi un élève aimable et un citoyen responsable.

On peut ainsi "avoir envie de posséder absolument tout ce dont on rêve", mais devoir se contenter de ce que l'on a sans râler ni réclamer l'impossible. Le jeune lecteur comprendra de nombreuses choses ("laisser ses parents récupérer n'a que des avantages") et déduira que s'il respecte ces règles il pourrait bien devenir un adulte éclairé.

Moi, j'ai le droit, mais je dois, d'Elisabeth Brami, illustré par Clémence Pénicaud, éd. Le Seuil jeunesse, 48 p., 13,50 euros. Dès 6 ans

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *