Quand un manga a du chien !

Glénat, maison d'édition de Chi publie cette fois Le Paradis des chiens. Ce manga raconte ce qui passe lorsque les chiens meurent...

Tous les enfants réclament un jour un animal de compagnie. Mais pour les parents, la décision est difficile à prendre : tôt ou tard, la séparation sera inéluctable et engendra un choc pour le jeune propriétaire. La consolation n’est jamais facile, l’explication, presque impossible. C’est ce sujet difficile qu’aborde Le Paradis des chiens.

Ce manga raconte qu'il existe, quelque part dans ce monde, un pays réservé aux chiens. Tous ceux qui appartiennent à l’espèce savent comment y aller et y séjournent régulièrement. C’est également là que vivent dans le bonheur, ceux qui ont terminé leur existence terrestre.

Et ces derniers se voient octroyer la possibilité de transmettre une seule et unique lettre à un humain de leur choix... Bien qu’agrémentées de cette mise en scène fantastique permettant de donner la parole aux chiens, ces scènes sont tirées d’histoires vraies et feront partager des moments authentiques au lecteur.

Ce manga se découpe en plusieurs histoires courtes. Chacune narre une relation entre un maître et son animal, et la séparation inévitable, à la mort du chien. Ce sont ces moments tristes que la mangaka a choisi de raconter au fil des pages : des récits emplis d’émotions. Le Paradis des chiens rend un bel hommage au "meilleur ami de l'homme".

Le Paradis des chiens T.1, de Sayuri Tatsuyama, éd. Glénat, 192 p., 6,90 euros. Dès 8 ans

Glénat propose aussi de retrouver le troisième tome des aventures de son héroïne Kamikaze Kaito Jeanne, réincarnation de la Française Jeanne d'Arc. Sous l'identité de Jeanne la cambrioleuse céleste, Maron Kusakabe utilise ses pouvoirs divins pour capturer les démons qui se cachent dans des tableaux.

Tombée amoureuse de Simbad, un voleur rival au service des démons qui est en fait Chiaki, un de ses camarades de classe, Maron ne sait quoi faire… C'est alors que Chiaki est enlevé par son propre père, possédé par un démon. Maron s'élance à son aide, mais pourra-t-elle le délivrer ?

Kamikaze Kaito Jeanne T.3, de Arina Tanemura, éd. Glénat, 176 p., 6,90 euros. Dès 10 ans

 

2 réflexions au sujet de « Quand un manga a du chien ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *